LE poète: Guillaume Apollinaire

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: LE poète: Guillaume Apollinaire

Message  Emma le Ven 25 Mar - 10:34

mon poète assassiné
vous n'êtes pas le Mal-Aimé

à Paul Léautaud

Et je chantais cette romance
En 1903 sans savoir
Que mon amour à la semblance
Du beau Phénix s’il meurt un soir
Le matin voit sa renaissance.


Un soir de demi-brume à Londres
Un voyou qui ressemblait à
Mon amour vint à ma rencontre
Et le regard qu’il me jeta
Me fit baisser les yeux de honte

Je suivis ce mauvais garçon
Qui sifflotait mains dans les poches
Nous semblions entre les maisons
Onde ouverte de la Mer Rouge
Lui les Hébreux moi Pharaon

Où tombent ces vagues de briques
Si tu ne fus pas bien aimée
Je suis le souverain d’Égypte
Sa soeur-épouse son armée
Si tu n’es pas l’amour unique

Au tournant d’une rue brûlant
De tous les feux de ses façades
Plaies du brouillard sanguinolent
Où se lamentaient les façades
Une femme lui ressemblant

C’était son regard d’inhumaine
La cicatrice à son cou nu
Sortit saoule d’une taverne
Au moment où je reconnus
La fausseté de l’amour même

Lorsqu’il fut de retour enfin
Dans sa patrie le sage Ulysse
Son vieux chien de lui se souvint
Près d’un tapis de haute lisse
Sa femme attendait qu’il revînt

L’époux royal de Sacontale
Las de vaincre se réjouit
Quand il la retrouva plus pâle
D’attente et d’amour yeux pâlis
Caressant sa gazelle mâle

J’ai pensé à ces rois heureux
Lorsque le faux amour et celle
Dont je suis encore amoureux
Heurtant leurs ombres infidèles
Me rendirent si malheureux

Regrets sur quoi l’enfer se fonde
Qu’un ciel d’oubli s’ouvre à mes voeux
Pour son baiser les rois du monde
Seraient morts les pauvres fameux
Pour elle eussent vendu leur ombre

J’ai hiverné dans mon passé
Revienne le soleil de Pâques
Pour chauffer un coeur plus glacé
Que les quarante de Sébaste
Moins que ma vie martyrisés

Mon beau navire ô ma mémoire
Avons-nous assez navigué
Dans une onde mauvaise à boire
Avons-nous assez divagué
De la belle aube au triste soir

Adieu faux amour confondu
Avec la femme qui s’éloigne
Avec celle que j’ai perdue
L’année dernière en Allemagne
Et que je ne reverrai plus

Voie lactée ô soeur lumineuse
Des blancs ruisseaux de Chanaan
Et des corps blancs des amoureuses
Nageurs morts suivrons-nous d’ahan
Ton cours vers d’autres nébuleuses

Je me souviens d’une autre année
C’était l’aube d’un jour d’avril
J’ai chanté ma joie bien-aimée
Chanté l’amour à voix virile
Au moment d’amour de l’année

Guillaume Apollinaire
avatar
Emma
Admin-Villa Medicis

Messages : 7609
Date d'inscription : 06/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE poète: Guillaume Apollinaire

Message  Emma le Ven 18 Mar - 10:06

Apollinaire et les cubistes

ces conquérants du nouveau siècle
avec leurs images cassées et disparates
vous les connaissez bien
vous les comprenez bien



vous le petit immigré polonais
Wilhem Apollinaris de Kostrowitzky
dont la naissance a réduit à néant
le fragile équilibre des convenances
vous lancerez une révolution
en reconnaissant cette forme d'art
en créant une nouvelle poésie
dans un Montmartre qui chante
le requiem de la peinture académique

alors qui mieux que vous
pouvait nous parler de cette révolution?

en 1907, lorsque vous voyez les "demoiselles d'Avignon"
vous parlez de bordel philosophique



et Braque de dire à Picasso
c'est comme si tu voulais nous faire manger de l'étoupe
et boire du pétrole pour cracher du feu

et Derain d'ajouter
un jour, nous apprendrons que Picasso
s'est pendu derrière sa grande toile

Matisse réclame vengeance estimant que Picasso a déshonoré la peinture
ce qui peut prêter à sourire quand on se souvient que les fauves étaient traités de fous!

tous les codes classiques rejetés, il y a de quoi émouvoir...
ces demoiselles d'Avignon
debout devant l'entrée d'un bordel
dans un quartier de Barcelone
la carrer d'Avinyao
une rue où Picasso achète ses couleurs

sont-elles un contrepied du bain turc d'Ingres?
des grandes baigneuses de Cézanne?

5 prostituées
équarries à coups de hache
avec des yeux énormes
avec des pieds énormes




caricature barbare de la chair?
représentation de la décadence de la société?
et si ces voiles étaient là pour masquer le vice?
et si ces yeux énormes n'étaient que de petites barques pleines de larmes?





devalt le peu d'enthousiasme de ses camarades
Picasso range sa toile dans un coin d'alcôve
il faudra attendre 1924 pour que le couturier (et collectionneur) Jacques Doucet
achète les Demoiselles 25000 francs qu'il paiera en 12 mensualités

aujourd'hui
les Demoiselles d'Avignon sont au MOMA de new-York
avatar
Emma
Admin-Villa Medicis

Messages : 7609
Date d'inscription : 06/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE poète: Guillaume Apollinaire

Message  Emma le Mar 15 Mar - 12:00

Giorgio de Chirico fit le portrait de Guillaume Apollinaire
qi'il appelait le poète


les lunettes noires symbolisent l'indispensable cécité culturelle
pour pouvoir accéder à la vision intérieure
ce portrait-cible considéré comme prémonitoire
prophétisant la blessure que le poète reçut à la guerre

de Chirico réalisa plusieurs lithographies






pour illustrer les Calligrammes d'Apollinaire

avatar
Emma
Admin-Villa Medicis

Messages : 7609
Date d'inscription : 06/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE poète: Guillaume Apollinaire

Message  Emma le Jeu 17 Fév - 8:17

la fin de chaque histoire est la fin d'un poème
et le commencement d'un autrez

quelque part, du côté du pont Mirabeau
où coule la Seine, faut-il qu'il m'en souvienne
votre silhouette de géant au pas infatigable
revenant de la Ruche pour rentrer à Auteuil...

Le Pont Mirabeau


<BLOCKQUOTE>
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure


Guillaume Apollinaire (1880 - 1918)


votre coeur est prisonnier de l'amour à perpétuité
n'avez-vous pas taillé des bagues dans les obus ennemis?
</BLOCKQUOTE>
avatar
Emma
Admin-Villa Medicis

Messages : 7609
Date d'inscription : 06/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE poète: Guillaume Apollinaire

Message  Emma le Jeu 17 Fév - 8:08

poète et critique d'art
vous apportez votre talent
à tout ce qui est d'avant-garde
et tout ce qui est d'avant-garde
fait partie de vos amis
Picasso, Braque, Léger, Rousseau
Jacob, les Delaunay, Marie Laurencin




ah Marie!




Marie
mais aussi Mareye, la Marie belge qui vous fit connaître
des paysages nouveaux du côté de Stavelot

Annie, Lou, Madeleine, Jacqueline la jolie rousse




Me voici devant tous un homme plein de sens
Connaissant la vie et de la mort ce qu'un vivant peut connaître
Ayant éprouvé les douleurs et les joies de l'amour
Ayant su quelquefois imposer ses idées
Connaissant plusieurs langages
Ayant pas mal voyagé
Ayant vu la guerre dans l'Artillerie et l'Infanterie
Blessé à la tête trépané sous le chloroforme
Ayant perdu ses meilleurs amis dans l'effroyable lutte
Je sais d'ancien et de nouveau autant qu'un homme seul
pourrait des deux savoir
Et sans m'inquiéter aujourd'hui de cette guerre
Entre nous et pour nous mes amis
Je juge cette longue querelle de la tradition et de l'invention
De l'Ordre de l'Aventure
Vous dont la bouche est faite à l'image de celle de Dieu
Bouche qui est l'ordre même
Soyez indulgents quand vous nous comparez
A ceux qui furent la perfection de l'ordre
Nous qui quêtons partout l'aventure
Nous ne sommes pas vos ennemis
Nous voulons nous donner de vastes et d'étranges domaines
Où le mystère en fleurs s'offre à qui veut le cueillir
Il y a là des feux nouveaux des couleurs jamais vues
Mille phantasmes impondérables
Auxquels il faut donner de la réalité

Nous voulons explorer la bonté contrée énorme où tout se tait
Il y a aussi le temps qu'on peut chasser ou faire revenir
Pitié pour nous qui combattons toujours aux frontières
De l'illimité et de l'avenir
Pitié pour nos erreurs pitié pour nos péchés
Voici que vient l'été la saison violente
Et ma jeunesse est morte ainsi que le printemps
O Soleil c'est le temps de la raison ardente
Et j'attends
Pour la suivre toujours la forme noble et douce
Qu'elle prend afin que je l'aime seulement
Elle vient et m'attire ainsi qu'un fer l'aimant
Elle a l'aspect charmant
D'une adorable rousse
Ses cheveux sont d'or on dirait
Un bel éclair qui durerait
Ou ces flammes qui se pavanent
Dans les roses-thé qui se fanent
Mais riez de moi
Hommes de partout surtout gens d'ici
Car il y a tant de choses que je n'ose vous dire
Tant de choses que vous ne me laisseriez pas dire
Ayez pitié de moi

Guillaume Apollinaire,

[LA JOLIE ROUSSE ]
Poèmes retrouvé
s, Poésie-Gallimard


Dernière édition par Emma le Jeu 17 Fév - 8:20, édité 1 fois
avatar
Emma
Admin-Villa Medicis

Messages : 7609
Date d'inscription : 06/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

LE poète: Guillaume Apollinaire

Message  Emma le Jeu 17 Fév - 7:54

Guillaume Apollinaire 1880-1918

une étoile de sang me couronne à jamais



mon poète au front étoilé
vous qui aimez les jeux textuels
les incohérences verbales
les ruptures syntaxiques



vous aviez 20 ans en 1900
le siècle allait craquer de toutes parts
annonçant audaces et ruptures
ah! la belle aventure!
dont Delaunay nous ouvrait les fenêtres

avatar
Emma
Admin-Villa Medicis

Messages : 7609
Date d'inscription : 06/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE poète: Guillaume Apollinaire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum